le givre
- si soudain !
grimpe aux arêtes
des persiennes

l’interstice
se fend d’un sourire narquois mais
ton absence
m'est absurde et

je
me scrute la peau craquelée tant qu'on
dirait l’eau engourdie du
bassin

je
crois je
vieillis à grands pas de
loup


[publié dans le numéro 90 de Traversées]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire